Rester bon pied, bon oeil face à la DMLA

eyes senior

Avec l’âge, il faut bien l’avouer, garder une excellente vue est difficile. Pire, à partir de 50 ans il arrive même que l’on puisse développer, par exemple, une maladie dégénérative de la rétine d’évolution chronique, appelée la DMLA, Dégénérescence Maculaire Liée à l’Âge. Même si cette maladie est de plus en plus connue, son diagnostic, en revanche, intervient souvent trop tard. Toujours incurable, l’évolution de la DMLA peut néanmoins être ralentie par des solutions et des traitements préventifs.

Contrôle préventif pour préserver la vue

En vieillissant, certains de nos organes comme les yeux s’épuisent. Heureusement, les contrôles préventifs réguliers permettent de retarder une maladie ou encore de l’atténuer, comme dans le cas de la DMLA. Hélas, 30% des Français en moyenne sous-estiment encore l’importance des contrôles
, selon Novatis Pharma France, un des leaders mondiaux dans l’offre de médicaments.

 coupe-de-l-oeil

Pour mieux comprendre, la Dégénérescence Maculaire Liée à l’Âge est un vieillissement « trop rapide » de la « macula », le centre de la rétine. C’est par là que sont transmises 90% des informations à notre cerveau. L’évolution de la maladie progresse lentement ou rapidement, selon le type de DMLA, jusqu’à la perte totale de la vision centrale. Seule la vision périphérique reste intacte mais, de ce fait, cette maladie limite sévèrement l’acuité visuelle.

Comment repérer les premiers symptômes ?

Si vous n’avez pas encore consulté un ophtalmologiste, la diminution de l’acuité visuelle de l’un des yeux peut être détectée selon différents signes :

vue4

 

 

Selon les cas, le deuxième oeil ne sera peut être jamais atteint. Toutefois, le risque peut subvenir dans l’année qui précède le diagnostic du premier œil, ou même plusieurs années après.

Ces symptômes évoluent lentement et ne sont ressentis qu’à un stade avancé de la maladie. Avant de les percevoir, il est important de consulter  un médecin ophtalmologiste à partir de 50 ans car seul un contrôle du fond d’œil permettra de prévenir ces risques et le patient aura plus de chance de préserver sa vue.

Il existe deux type de DMLA :

  • La DMLA atrophique

Elle est définit comme étant de type « sèche ». Son évolution, plus lente, reste difficile à contrôler. Hélas, pour le moment, aucun traitement n’existe mais selon le Professeur Souied, Chef du service d’ophtalmologie à l’hôpital intercommunal de Créteil et professeur à la faculté de médecine de  XII, il garde espoir que « les essais cliniques en cours puissent déboucher sur un traitement efficace d’ici 5 à 10 ans ».

  • La DMLA exsudative

De type « humide », cette DMLA est moins courante mais plus rapide. Elle fait apparaître de nouveaux faisceaux sous la rétine gênant ainsi la vision. Ce type de maladie chronique impose une prise en charge régulière ainsi qu’un traitement administré par un spécialiste en ophtalmologie.

Ce traitement nécessite une surveillance à vie car pour 99% des cas, il repose sur des injections intra-vitréennes d’angiogéniques (sauf contre-indication). Selon le type de liaisons endommagées, le traitement est plus ou moins intense (à durée fréquente). D’ailleurs, le patient doit être assisté quotidiennement. A ce propos, une association a été créée pour leur trouver un soutien lors de leurs déplacements.

Développer la plasticité neuronale de l’oeil

elderly-eyesAvant que cette maladie chronique n’entame trop la vision, des exercices peuvent également être effectués pour rééduquer la vue. Cette pratique permet de « développer la plasticité neuronale » sur le champ périphérique de la vision. Cependant, ces exercices doivent être faits avec rigueur et régularité durant une certaine période, suivant les cas.

Il existe également des aides optiques qui permettent de continuer à voir lorsque la vision commence à baisser comme l’utilisation d’une loupe, d’un vidéo-agrandisseur ou encore de jumelles. Pour continuer à lire plus facilement, les écrans tactiles sont très apréciés pour leur capacité à agrandir les textes et les images.

A la maison, il est conseillé de :

  • s’équiper d’un éclairage de forte intensité dans toutes les pièces.
  • supprimer les obstacles pour éviter les chutes (réaménagement du mobilier, des tapis et des fils électriques)
  • utiliser un téléphone à grosses touches
  • s’équiper d’un réveil ou d’une montre parlante

Car la personne âgée n’a plus l’autonomie nécessaire pour effectuer toutes les tâches du quotidien à partir du moment ou sa vision centrale se brouille et se transforme en une tâche noire. Néanmoins, grâce à l’examen du fond d’œil, aux traitements et aides proposés, aujourd’hui la DMLA ne doit plus être une fatalité.

Pour en savoir plus : Maladies et Chirurgie de la Rétine

Un commentaire ?