Déserts médicaux, quelle solution pour en sortir ?

télémédecine pour lutter contre le désert médical

Déserts médicaux, pour lutter contre celui-ci , la ministre de la Santé veut développer la télémédecine*.

C’est le deuxième grand projet en matière budgétaire, après le projet de loi de finances présenté mercredi. Le gouvernement présente ce jeudi matin son premier projet de financement de la Sécurité sociale pour 2018.

Premier objectif du texte: limiter les dépenses d’assurance maladie pour arriver à la fin du quinquennat à un équilibre des comptes de la sécurité sociale. Parmi les axes prioritaires de la campagne d’Emmanuel Macron : la lutte contre les inégalités sociales et territoriales d’accès aux soins.

Pour lutter contre les déserts médicaux, la ministre de la santé souhaite développer la télémédecine. Il s’agit de consultations médicales à distance avec un praticien, plus précisément : la téléconsultation, la téléexpertise, la télésurveillance, la téléassistance médicale et la régulation médicale.

Selon la Drees* (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques), 8% de la population, soit plus de 5,3 millions de personnes, résident dans une commune où l’accès aux soins est insuffisant.

Villa Sully personne âgée

« Eviter des frais d’hospitalisation »

Une solution qui permettra de résoudre le problème de l’encombrement des urgences, selon Jean-Paul Hamon, président de la fédération des médecins de France. « Vous avez une personne âgée qui fait un malaise ou qui a une douleur abdominale. Vous avez quelqu’un qui fait une échographie, et à l’autre bout vous avez quelqu’un qui interprète cette échographie, ça évite des frais d’hospitalisation. Equiper les maisons de retraite, équiper les îles, équiper les vallées reculées, ça c’est une chose qui est facile à mettre en place ».

Cependant, cela n’est pas la solution au manque de médecins, selon Jérôme Marty, de l’Union française pour une médecine libre. « Il ne faut pas que la télémédecine remplace l’homme. On ne peut pas accepter aujourd’hui au 21esiècle que selon les territoires, les français n’aient pas la même égalité devant le soin. La télémédecine doit être une solution d’attente mais elle ne doit pas remplacer l’homme. Il y a un vrai danger d’inégalité face au soin ».

Lire aussi : Se faire examiner à distance par son médecin, c’est possible !

 

Un commentaire ?