Faire face à la perte de cheveux

perte_cheveux

A 30 ans, 1 homme sur 3 est victime de calvitie et à 50 ans, la moitié des hommes sont concernés. Une souffrance encore plus difficile à vivre pour les 2 millions de femmes, elles aussi, touchées. Mais quelles sont les solutions ?

Une découverte prometteuse mais limitée

Retrouver sa belle chevelure d’autrefois, de nombreuses victimes de chutes de cheveux en rêvent. Récemment, 3 personnes atteintes d’alopécie, comme on l’appelle en dermatologie, ont vu leur souhait se réaliser. La dernière « solution miracle » en date serait un médicament anticancéreux, le ruxolitinib, qui à l’origine traite les complications de myélofibrose. Composé d’une molécule immuno-régulatrice, celle-ci a entraîné une repousse de cheveux assez spectaculaire sur des cobayes qui, après 5 mois de traitement, ont retrouvé la totalité de leur chevelure.

Les auteurs de l’étude, des chercheurs de l’Université de Columbia, ne crient pas victoire trop vite pour autant. « Nous commençons seulement les tests chez l’homme mais il est clair que si nos premiers résultats se confirment, ce médicament pourrait avoir un impact positif considérable sur la vie des personnes atteintes de la maladie », estime l’un des chercheurs.

Impact considérable qui aura cependant un prix : la boîte de médicaments de 60 comprimés devrait coûter 4211,95 euros soit 70 euros le comprimé ! De plus, les effets du traitement ne seraient efficaces que sur l’alopécie areata et non l’alopécie androgénique, soit… la forme de calvitie la plus courante.

Bald senior man fooling around. Isolated on white. Emotional portraits series.

Des origines différentes de calvitie

En effet, l’accélération de la chute de cheveux et parfois des poils que l’on nomme alopécie, peut prendre plusieurs formes. Donc avant de lutter contre sa calvitie, il est préférable d’en connaître les causes.

Dans le cas de ce traitement, il ne concerne que l’alopécie areata, appelé aussi parfois pelade. La personne atteinte perd massivement ses cheveux mais la perte peut aussi concerner le visage comme la perte des cils et des sourcils ainsi que les poils sur le reste du corps. Si le médicament est efficace sur cette forme de calvitie, c’est parce que la pelade s’explique par un dérèglement immunitaire qui entraîne le système immunitaire à s’attaquer aux follicules pileux, à l’origine de la pousse du cheveu, d’où l’intérêt d’une molécule immuno-régulatrice.

L’alopécie androgénique quant à elle, la forme la plus commune de calvitie, ne concerne pas le système immunitaire. L’homme ou la femme a un excès d’hormones mâles entraînant le vieillissement prématuré des follicules pileux. Il s’agit d’un phénomène héréditaire mais qui peut parfois sauter des générations.

Beaucoup d’hommes (et même quelques femmes) souffrent d’alopécie androgénique et en moyenne, les premiers signes apparaissent entre 20 et 35 ans. Il faut savoir qu’actuellement, il n’y a pas de « solutions miracles ». Certaines peuvent atténuer ou retarder les signes, d’autres sont longues et coûteuses. Ce qui est sûr, plus la calvitie sera traitée tôt, plus le traitement sera efficace.

Portrait of sad bald senior man looking at camera

Il n’y a pas de méthode révolutionnaire

Si prendre des médicaments tous les jours et à durée indéterminée ne vous dérange pas, il existe principalement deux médicaments pour lutter contre la calvitie. Le premier est le Minoxidil et se trouve sous forme de lotion à appliquer deux fois par jour sur le cuir chevelu, il permet au mieux quelques repousses de cheveux, sinon la stabilisation ou le ralentissement des chutes. Le deuxième est le Finastéride et se trouve sous forme de comprimés à avaler. Plus cher mais plus efficace, il peut provoquer une baisse de la libido. Les deux médicaments peuvent aussi être combinés pour encore plus d’efficacité mais à l’arrêt du traitement, l’effet s’estompe progressivement.

Pour des cas plus graves, la greffe peut être une bonne solution mais il faut avoir une base suffisante de cheveux pour que cela soit possible. Sans forcément d’hospitalisation, il s’agit d’une technique chirurgicale qui consiste à prélever des racines de cheveux encore en bonne santé, généralement à l’arrière de la tête ou sur les côtés, et de les réimplanter sur les zones dégarnies. De nouveaux cheveux résistants vont alors se remettre à pousser et ceci à vie. Bien sûr, tout cela a un coût (cher), qui peut varier de 3 000 € à plus de 10 000 € selon la technique, le pays ou encore le nombre de greffons.

Sinon, pour les hommes, à l’instar des vedettes du cinéma ou de la chanson comme Bruce Willis ou Pascal Obispo, vous pouvez aussi assumer totalement votre crâne dégarni, et qui sait avoir autant de succès !

Un commentaire ?