Les Français entrent le plus tard possible en maison de retraite

Les Français entrent le plus tard possible en maison de retraite

Les Français retardent « au maximum » leur entrée en maison de retraite, au moment où l’état de santé ou l’âge peuvent le justifier. C’est ce qui ressort d’une enquête que vient de publier la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES). Confirmant ainsi la volonté politique, affichée ces dernières années, de développer par tous les moyens, technologiques et humains, le maintien à domicile.

2 Français sur 3 n’envisagent pas de vivre dans un EHPAD

« On entre ainsi de plus en plus vieux en institution, mais aussi de plus en plus dépendant, les personnes retardant au maximum leur entrée en établissement. », souligne l’étude.

En effet, la majorité des Français souhaitent continuer à vivre chez eux malgré leur grand âge. 60 % des personnes estiment même inenvisageable l’éventualité de vivre dans un établissement d’hébergement pour personnes âgées (EHPA).

Ainsi, l’état de santé qui se dégrade est la principale raison d’entrée en maison de retraite. 73 % des résidents qui ont pu répondre à l’enquête ont déclaré que leur état de santé a justifié ce changement de vie. Loin derrière, les autres raisons invoquées spontanément sont le fait de se sentir seul (pour 16 % des résidents) ou parce que leurs proches ne pouvaient plus les aider (12 %). D’autres raisons sont également citées, telles que les conditions de logement, le besoin de se sentir en sécurité, la volonté de ne pas être un « poids » pour les autres, ou du fait de la dégradation de l’état de santé du conjoint, voire de son décès.

C’est donc contraint et forcé que s’opère le choix d’entrer en établissement pour une large majorité de Français. Un sentiment partagé par les proches des résidents interrogés : 83 % citent l’état de santé du résident comme motif d’entrée, 39 % son sentiment de solitude, 49 % le fait que ses proches ne pouvaient plus l’aider.

D’ailleurs, 4 résidents sur 10 déclarent que leur entrée dans l’établissement s’est faite dans la précipitation. Et près de 2 résidents sur 3 indiquent ne pas avoir été préparés, bien avant, à une éventuelle entrée en institution (visites d’établissement, échanges avec la famille, prises de dispositions particulières…).

 VILLA_SULLY_137

Le maintien à domicile, une évidence pour tous

Le maintien à domicile devient donc une évidence. Tant par les contraintes budgétaires d’un Etat en déficit qui ne peut plus assumer la fin de vie d’une population vieillissante que par le désir légitime des personnes âgées à continuer à bien vivre et surtout bien vieillir chez soi.  

Une volonté politique, de tous bords, érigée depuis une dizaine d’années par les gouvernements successifs. A commencer par la création de la prestation spécifique dépendance (PSD) en 1997, puis de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) en 2002, permettant de « solvabiliser » les personnes âgées pour l’emploi d’une aide à domicile.

Il faut savoir que dans les années à venir, le vieillissement de la population française conduira à une augmentation du nombre de personnes âgées dépendantes : 1 200 000 personnes seront dépendantes en 2040, contre 800 000 actuellement (source : INSEE).

Ainsi, aujourd’hui, le gouvernement affiche clairement son souhait d’accélérer le maintien à domicile :

« Nous soutiendrons tout projet qui permet aux personnes âgées de prendre toute leur place dans la cité et de rester au contact avec la vie », a déclaré Michèle Delaunay, Ministre déléguée en charge des Personnes âgées et de la Dépendance.

Une vision que partage totalement GDP Vendôme qui innove, justement, avec la création de Villa Sully.

« En partant du constat que 95% des personnes souhaitent rester dans leur appartement, GDP Vendôme crée l’appartement intelligent, nouveau concept d’EHPAD à domicile. » explique Jean-François GOBERTIER, Président et fondateur de GDP Vendôme.VILLA_SULLY_183

Alliant confort, sécurité et soin, ce nouveau concept d’appartement dans un immeuble en cœur de ville est un vrai domicile avec tous les avantages médicaux d’un EHPAD pour des seniors autonomes voire dépendants (GIR 6 à 3).

Nouvel EHPAD à domicile, cet habitat est équipé des dernières technologies et services personnalisés afin de vivre, seul ou en couple, dans un appartement tout confort afin de continuer à se sentir chez soi en toute tranquillité et sécurité.

Ce concept d’appartements éloigne ainsi l’échéance tant redoutée et tant repoussée par les Français d’une maison de retraite classique avec cette promesse d’un maintien à domicile nouvelle génération.

Un commentaire ?