L’inquiétant boom de la solitude chez les personnes âgées

01solitudesenior

Les séniors sont de plus en plus seuls selon l’enquête 2014 de la Fondation de France publiée ce lundi. Les relations sociales se délitent, notamment entre voisins…

 

« Mes enfants je ne les vois pas. Ils sont loin et de toute façon ils me prennent pour un meuble », déclare une veuve résidant en logement social. Une autre retraitée, quant à elle, confie : «Je ne parle à personne. Et puis, je ne veux pas déranger les autres avec ma tristesse et donc je ne peux pas m’exprimer et leur dire ma solitude ». Si ces témoignages font froid dans le dos, ils sont d’autant plus préoccupants qu’il ne s’agit pas de cas isolés, bien au contraire.

Dans le cadre de son enquête 2014, la Fondation de France a mis en lumière un phénomène de société alarmant : l’isolement chez les personnes âgées devient de plus en plus récurrent et révèle un effritement des liens sociaux mais aussi une difficulté à se sociabiliser avec son entourage.

Les séniors plus enclins à l’isolement

SeniorNearWindow

L’étude de la Fondation de France estime qu’un Français sur huit est touché par la solitude, soit une augmentation de 25 % entre 2010 et 2014. Un constat amer, notamment à l’heure de la révolution des nouvelles technologies censées faciliter la communication au quotidien.

Mais si toutes les tranches d’âges sont concernées, les personnes âgées de plus de 75 ans représentent 27 % du total des personnes isolées, soit plus d’une sur quatre. Un chiffre en constante augmentation, puisqu’en 2010, elles ne représentaient que 16 % des personnes souffrant de solitude.

Selon l’enquête, les seniors cumulent plus facilement les facteurs de solitude : l’absence ou l’éloignement des enfants, un réseau familial réduit, la propension plus forte à être exposé aux maladies, au handicap, à la dépendance du conjoint ou encore à la perte de sociabilité professionnelle.

On ne connaît plus ses voisins de paliers

On constate une dégradation des liens sociaux de proximité quelque soit la tranche d’âge. 36 % des personnes interrogées ont peu ou pas de contact avec leurs voisins et la moitié jugent difficile ou très difficile de se faire des amis autour de chez eux. « Il y a un vrai délitement du lien social, notamment en ville. Il y a de plus en plus de personnes âgées qui n’attendent plus que le facteur, qui n’apporte que des factures », s’alarme Francis Charhon, le directeur général de Fondation France dans une interview pour Le Parisien.

Ayant des difficultés à établir un lien social, un nombre croissant d’individus s’organisent de manière exclusive autour d’un seul réseau de sociabilité (sont comptabilisés le réseau familial, amical, professionnel, affinitaire et de proximité), ce qui fragilise d’autant plus l’individu qui peut alors plus facilement basculer dans l’isolement.

S’ajoute le risque de chômage involontaire, notamment à l’approche de la retraite. Presque 30 % des demandeurs d’emploi de plus de 50 ans sont dans une situation d’isolement relationnel.

 03solitudesenior

La solitude, plus dangereuse que l’obésité

Paradoxalement, parmi les personnes considérées comme isolées, sept sur dix déclarent ne pas le ressentir. Ne serait-ce pas plutôt le signe d’une résignation sur sa situation ? 30 % des personnes éprouvant un sentiment de solitude évitent tout contact ou s’isolent encore plus. Le problème est qu’un tiers pense que leur entourage ne s’intéresse pas à eux.

Et ce désintérêt peut avoir des conséquences très tristes puisque selon une étude britannique, la solitude accroît la mortalité de 14 % chez les personnes âgées, amenant à cette conclusion : la solitude tue deux fois plus que l’obésité.

Rester acteur de sa vie, un enjeu de la Villa Sully

GDP Vendôme ayant eu conscience très tôt de cette situation, a conçu et développé ces dernières années une nouvelle création : la Villa Sully. Immeuble d’appartements situé en cœur de ville, qui rend possible le maintien à domicile des personnes âgées en situation de perte d’autonomie, la Villa Sully permet justement de bénéficier d’informations préventives et de soins, d’aides à domicile, et d’une vie sociale de proximité. Notamment grâce à son restaurant ouvert sur la ville qui, pour Alexandra Lamboudière, psychologue de GDP Vendôme, est « une très bonne initiative car cela permet une ouverture sur l’extérieur. En étant fréquenté par le public, un tel établissement favorise la mixité qui est très importante pour maintenir un lien social. Une personne âgée conservera l’envie d’aller vers les autres uniquement si elle reste actrice de sa vie, dans sa cité. »

 

 

 

 

 

 

 

1 Comment

  • Répondre juillet 16, 2014

    Marianne

    La solitude des personnes âgées est un vrai problème de société. Avec Internet et les nouvelles technologies, on pourrait croire que la création de lien social est facilitée, mais c’est le contraire : même si notre vie sociale virtuelle est bien remplie, dans la réalité on se retrouve souvent seul…

Leave a Reply