Suicide des personnes âgées : toujours un tabou

Visuel 3 - combattredepression

Dimanche 23 novembre 2014 à l’Hôpital Ambroise-Paré à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), un octogénaire a tué sa femme atteinte d’un cancer incurable, avec une carabine, avant de retourner l’arme contre lui. Un drame qui met au jour le problème du suicide chez les personnes âgées.

D’après les premiers éléments de l’enquête, la personne âgée de 84 ans ne supportait pas le sort qui était réservé à sa femme atteinte d’un cancer incurable. Il aurait donc apporté une carabine dimanche matin à l’Hôpital Ambroise-Paré à Boulogne-Billancourt et aurait tiré sur son épouse pendant son sommeil avant de mettre fin à ses jours.

Aucune lettre n’a été trouvée afin d’expliquer ce geste mais les époux semblaient vouloir en finir absolument. En effet, mariés depuis de nombreuses années, ils avaient déjà tenté de se suicider deux semaines plus tôt en prenant des médicaments à leur domicile. Suite à cela, ils avaient été hospitalisés à Ambroise-Paré. Le mari avait pu rentrer chez lui tandis que sa femme était restée à l’hôpital en soins palliatifs.

Ce drame, hélas, n’est pas un cas isolé. Il y a un an, un couple d’octogénaires s’était suicidé dans un grand hôtel parisien. Ils avaient laissé derrière eux une lettre dénonçant l’absence de loi permettant de mourir dans la dignité, relançant ainsi le débat sur ce droit.

Ces faits divers illustrent malheureusement le fait que les seniors, en vieillissant, deviennent plus fragiles psychologiquement. Une étude montre qu’ils représentent la tranche d’âge qui a le plus de pensées suicidaires dans la population.

17% des seniors en détresse psychologique

Suicide des personnes âgées : toujours un tabou

La retraite peut être vue comme une période épanouissante pour la plupart d’entre nous mais pour d’autres, elle peut être synonyme d’angoisses. C’est ainsi que des études ont montré que le nombre de suicides augmente avec l’âge. D’après le dernier baromètre santé de l’INPES (Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé), 17% des seniors seraient en état de détresse psychologique. On remarque, d’ailleurs, que les femmes sont les plus touchées. En effet, 24% des femmes entre 55 et 85 ans sont concernées par au moins un trouble psychique comme les pensées suicidaires, la détresse psychique ou encore les épisodes dépressifs caractérisés (EDC).

D’après les chiffres du CepiDc-Inserm de 2010, 28 % des suicides concernent des personnes âgées de 65 ans et plus. Le problème du suicide des personnes âgées est donc particulièrement élevé en France et c’est presque le même constat dans la plupart des pays développés, si bien qu’on surnomme parfois le suicide, « la mort des riches ».

Mais, des indicateurs peuvent nous permettre d’agir en amont afin d’éviter un tel drame. Si vous constatez chez l’un de vos proches, une perte d’estime de soi accompagnée d’un sentiment de ne plus servir à rien à la retraite, un sentiment d’impuissance, un repli sur soi, un discours changeant vis à vis de la mort (mort acceptée puis désirée) … Le moindre de ces signes ne doit pas être pris à la légère.

Suicide des personnes âgées : toujours un tabou

Car ces différents drames qui font l’actualité, ravivant par la même occasion le débat sur l’euthanasie ne doivent pas masquer le fond du problème : les conditions de vie, physique et psychique, des personnes âgées en France.

Un commentaire ?